dimanche 7 août 2011

Épilogue, Bilingue!!!

C'est aujourd'hui dimanche et je suis revenu à Montréal mercredi matin.
Le retour ne s'est pas fait facilement. Je devais prendre deux vols, un premier de Calgary qui devait m'amener à Toronto et un deuxième à la maison. Le premier vol est parti de Calgary avec deux heures de retard, ce qui m'a fait manquer ma connexion vers Montréal. On m'a transféré vers un vol plus tardif qui devrait arriver à Montréal à 1h du matin, mais après avoir attendu assis dans l'avion pendant plus d'une heure, on nous annonce sur l'intercom que la compagnie est incapable de trouver un pilote pour l'avion (je n'invente rien!!!). Finalement, on nous annonce que notre vol est annulé. Il n'y a maintenant plus de vols disponibles et nous devons nous présenter au comptoir de service à la clientèle pour se faire réassigner un nouveau vol le lendemain matin et recevoir nos coupons d'hôtel. Au comptoir, il y a déjà 40 passagers en ligne et deux agents! Une heure et 20 minutes plus tard, on me réassigne un vol. On m'annonce aussi que je dois récupérer mes bagages pour les amener avec moi à l'hôtel pour la nuit. Arrivé au carrousel de bagages, aucune trace de mon vélo ni de mes sacoches. Le personnel de bagages est aussi utile qu'une vieille gomme collée sur le trottoir. Je décide donc de me diriger sans bagages vers l'hôtel (qui s'appelle le Quality Inn Airport, mais qui est situé à 15 minutes de l'aéroport, on a le sens de l'humour...) et finalement, je me couche à 3h du matin et après avoir mis le réveil à 5h, je me tape un bon 2 heures de sommeil réparateur (...).
Finalement, j'arrive à Montréal le lendemain à 8h30 où mon vélo et mes sacoches m'y attendent, probablement depuis la veille. À la maison à 9h15. Vite, du café. Valérie a décidé de travailler de la maison pour pouvoir venir me chercher et elle se met au travail finalement à 11h. De mon côté, je m'attaque aux bagages.
La boîte est évidemment toute endommagée, mais le vélo semble intact. Je constaterai par contre plus tard que la route avant est faussée et que son disque de frein est aussi voilé. Je réussirai sans mal à remettre la roue en état, mais je n’ai pas encore réussi à remettre le disque à son été initial. J’ai du mal à comprendre comment la roue a pu être tant endommagée. Je soupçonne un employé d’Air Canada d’avoir confondu ma boîte de vélo avec un trampoline.
Le reste de la journée est consacrée à la lessive et au séchage en profondeur du matériel.
Le lendemain, au levé du lit, je monte sur le pèse-personne et surprise agréable, j’ai perdu environ 7kg (15 livres) durant mon voyage. Bon, il va falloir que je travaille fort pour conserver cette perte de poids et surtout, réduire de façon radicale mes portions.
Il ne me reste maintenant qu’à trier mes photos. J’en ai pris plus de 1000 et j’ai un sérieux ménage à faire.

Je n’ai pas vraiment de pensée finale suite à mon voyage. C’est évident que je ne referai pas ce même voyage à nouveau, mais je crois sincèrement que je vais en faire d’autres dans le futur. Probablement dans des endroits un peu moins extrêmes (moins de pluie, moins de montagnes, moins de contrées perdues).

Today is Sunday and I made it home to Montréal on Wednesday morning
Returning home wasn’t an easy task. It should have been, I only had two flights to take, but Air Canada had other plans for me. My first flight from Calgary to Toronto was delayed enough that I missed my connection. I was then rescheduled onto a later flight which should have arrived in Montréal around 1am. However, after sitting on the tarmac for over an hour, the flight attendant announced on the PA that they couldn’t find a pilot for the plane and the flight was cancelled. My fellow passengers and myself proceeded to the customer service desk where 40 passengers were already lined up waiting to talk to the 2 agents and one hour and 20 minutes later, I was rescheduled on a new flight for the next day and had an hotel voucher. After looking fruitlessly for my bike and paniers in the baggage room, I give up (on the staff and the situation) and head for the hotel to get a precious 2 hours of sleep. The hotel is named the Quality Inn Airport Hotel but it’s a 15 minutes drive from the airport. I guess somebody needs a few geography lessons…
I finally made it home the next day. At the airport, my bike is waiting for me as well as the rest of my luggage. I suspect it actually made it there the night before on some mysterious flight, but at that point, I don’t care anymore. Valerie is there to pick me up and we make it home at 9:15. She’s decided to work from home that day. After some coffee and some chatting, she gets to work and I start unpacking.
My bike box is a mess, but the bike seems ok. However, later I will realize that the front wheel is now bent as well as the brake disk. I manage to fix the wheel but the disk seems bent beyond repair. Someone at Air Canada seems to have confused my bike box with a trampoline.
The rest of the day is dedicated to laundry and gear drying.
The next morning (after sleeping for over 11 hours), I get up on the bathroom scale and have a nice surprise: I’ve lost 7kg during the trip (around 15 pounds). Now, I just need to make sure I don’t blow it by gaining it all back. I’m going to have to work on smaller serving size for starters.
The last step will be sorting out my photos. I have over 1000 and I’ll need to do a serious clean up.

No final thought for this trip. I was asked if I’d do it again. Obviously, I wouldn’t do the same trip again, but I won’t say no to doing more extended bike trips in the future, but likely in places with less rain, hills or isolation.




Parmi les citations/questions les plus « spéciales » (dans la langue originale) / Strange quotes or questions:
“Do you know what we call cyclists in Alaska? Meals on wheels, ’cause you can’t outrun a grizzly bear on a bike”
From bikers: “You should get an engine for this bike”
From motorists: “Aren’t you afraid of bears?” Me: “No, I’m a lot more afraid of careless drivers”. “…”
From waitresses in restaurants: “Are you really going to eat all that?”
De la part de touristes français : « Ah, vous êtes québécois! Ça s’entend! »
De la part d’un touriste québécois : « Tu devrais avoir un drapeau du Québec sur ton vélo ». Ben oui, je pensais aussi me dessiner une cible dans le dos et porter un panache d’orignal pendant la saison de la chasse.
From an overweight smoker drinking a large size coke: “I don’t know how you do this”

Bon, comme je suis un super nerd, je n’ai pas pu m’empêcher de compiler quelques statistiques finales.
Some super nerdy statistics, to wrap things up.




Nombre total de kilomètres parcourus

Total number of
kilometres

4 331.0  km

Nombre de jours total

Total number of days

39          

Nombre de jours de repos

Days of rest

2            

Distance moyenne par jour

Average distance per
day

117.1     km

Distance la plus longue dans une journée

Longest distance in
a single day

217.5     km (25-07)

Distance la plus courte dans une journée (sauf les jours de repos)

Shortest distance in
a day (excluding days off)

50.1       km (7-07)

Effort maximum dans une journée (en calories)

Maximum effort in a
day (measured in calories)

9 080     calories (25-07)

Nombre total de calories dépensées

Total number of calories

174 669  calories

Gain d’élévation total

Total elevation gain

34 354   m

Gain d’élévation maximum dans une journée

Maximum elevation
gain in a day

1 935     m (25-07)

Temps total passé en selle

Total time in the
saddle

224h 19m 55s   

Nombre total de coups de pédale (moyenne de 77 rpm)

Total number of
pedal stroke (average of 77 rpm)

1 036 413

Vitesse maximum

Maximum speed

74.8       km/h (28-07)

Vitesse moyenne

Average speed

19.6       km/h

Meilleure vitesse quotidienne moyenne

Best daily average
speed

22.7       km/h (30-07)

Pire vitesse quotidienne moyenne

Worst daily average
speed

15.1       km/h (24-06)



6 commentaires:

  1. Tes récits et exploits sur le vélo vont me manquer! Félicitations pour une aventure fantastique, et merci de l'avoir partagé par ce blogue!

    Rob

    RépondreEffacer
  2. FÉLICITATIONS Clément! J'ai manqué ta grande finale mais ça fait rien je t'ai suivi avec assiduité le restant du temps. Je me suis dit que mettre un commentaire à chaque jour te montrerait qu'il y avait du monde qui suivait tes exploits extraordinaires et que tu n'étais pas tout seul dans cette aventure. Lorsque tu avais besoin d'encouragements ou de félicitations, il y avait toujours quelqu'un pour toi (que ce soit moi ou un autre de tes fervents lecteurs). BRAVO!

    RépondreEffacer
  3. Être nerd, ça doit être de famille... J'espérais justement ces statistiques quand j'ai lu la finale. Mais, tu as oublié les statistiques sur le soleil et la pluie ;-)...

    RépondreEffacer
  4. WOW, c'est vraiment impressionnant, toutes ces stat! ;-o)
    My favorite : “Do you know what we call cyclists in Alaska? Meals on wheels, ’cause you can’t outrun a grizzly bear on a bike” ;-))

    Encore bravo pour cet exploit, Clément!

    Vérane

    RépondreEffacer
  5. Bonjour,
    J'habite au yukon et je tente de décrire à quoi peut ressembler une expérience tel que la votre pour des touristes d'un peu parout. Pourriez-vous me renseigner sur votre appréciation de l'état de route Yukon-Alaska d'un point de vu cycliste. Merci.
    yukonest@gmail.com

    RépondreEffacer
  6. I really liked that the article is written in two languages, it is immediately evident that you are very worried about your readers.

    RépondreEffacer