mardi 2 août 2011

Journal de bord, 30 et 31 juillet

Jour 38. Lac Louise - Banff
64 km. 392 m de gain d'élévation

Jour 39. Banff - Calgary
135 km. 555 m de gain d'élévation.

Hier soir, avant de m'endormir et grâce à la magie du iPhone et du 3G (quand ça fonctionne, c'est beau pareil...), j'ai réservé mon vol de retour dans le confort de ma tente. Retour à Montréal mardi le 2 en passant par Toronto. Bon, je n'ai plus le choix, je dois être à Calgary demain soir si je veux avoir le temps de faire mes préparatifs.

Ce matin, le thermomètre indique 0 degrés à Lac Louise. La levée du corps n'est pas évidente et je décide d'aller déjeuner dans un resto du village. J'ai à peine 2 km à pédaler après avoir plié bagages pour me rendre au village à partir du terrain de camping, mais c'est assez pour bien me geler les extrémités. Petit déjeuner et téléphone à la maison pour annoncer mon horaire de retour ("Comment ça 23h40? Un jour de semaine!" Désolé pitou.)

Pour aller de Lac Louise à Banff, il y a 2 chemins possibles. Soit la route transcanadienne qui est une autoroute à voies divisées avec fort volume de trafic; soit la "vieille" route, le "Bow Valley Parkway", route plus sinueuse qui longe la rivière Bow avec beaucoup moins de trafic. Le choix n'est pas difficile à faire, surtout que les paysages seront sans doute plus beaux et j'ai plus de chance de voir des animaux.












La route est en effet très belle et le temps est superbe. Dès que le soleil se lève, la température s'élève rapidement et bientôt, je dois commencer à enlever des pelures. Au cours d'une pause, je rencontre des cyclistes (sans bagages) d'Edmonton et qui sont dans le parc pour la longue fin de semaine. C'est quand même bien d'avoir le parc de Banff à quelques heures de route de la maison et je me verrais très bien venir rouler ici la fin de semaine sur un petit vélo léger.

Je vois un mouflon pour la deuxième fois et cette fois, j'ai le temps de prendre une photo, mais malheureusement, il est sous un pilier de pont, ce qui fait un décor un peu moche. À 10 km de Banff, la vieille route rejoint l'autoroute, mais une belle piste cyclable est disponible et celle-ci m'amène rapidement à Banff.

Rendu en ville, je me dépêche de me rendre au terrain de camping pour être certain de mettre la main sur une place avant que le terrain se remplisse. Ceux qui connaissent Banff, vous vous souvenez sans doute que le terrain de camping est situé en haut d'une montagne. Donc, une bonne côte à grimper sous le soleil de midi. Ouf.

Ils ont de la place, je m'installe, bouffe, douche, lessive et vers 15h, je pars avec le vélo allégé pour aller faire un petit tour à Banff. Si j'avais eu des bonnes bottes, je serais sans doute allé escalader le mont Sulphur, mais j'ai le choix entre des sandales ou des souliers de vélo... Donc, ce sera une petite promenade sur la rue principale. Il y a du monde comme c'est pas possible.











On se croirait la rue Sainte-Catherine un 23 décembre. Je me réfugie dans un pub irlandais pour savourer une Kilkenny (ou deux...) et après un autre bain de foule, je retourne à mon campement pour une petite soirée tranquille. Première journée sans pluie depuis longtemps.

============
Dimanche






Ce matin, je suis réveillé super tôt, un peu énervé par ma dernière journée de route. À 6h, le soleil à peine levé, je suis déjà en train de rouler. Jusqu'à maintenant, je n'ai pas vu un seul wapiti. Je me souviens de ma visite il y a une dizaine d'années et il y en avait partout, littéralement. J'espère donc en voir enfin, mais non, pas un seul. Aucune idée où ils sont rendus. Et pourtant, il y en avait des milliers auparavant.






Pour quitter Banff vers le sud, jusqu'en 2009, les cyclistes devaient emprunter l'autoroute transcanadienne jusqu'à Canmore, mais en 2010, une très belle piste cyclable a été aménagée et celle-ci, longue de 25 km, longe la route en passant par la forêt à l'occasion. À voir le volume de camions qui, déjà, circulent sur la route à cette heure, je suis bien content de pouvoir en profiter. Rendu à la limite du parc, soit 5 km avant la ville de Canmore, la piste cyclable s'arrête brusquement et je dois continuer sur l'accotement jusqu'à la première sortie.

À Canmore, je fais une pause déjeuner et je poursuit par la vieille route 1A, aussi nommée la Bow Valley Trail. La route est superbe et à mesure qu'on quitte les Rocheuses pour entrer dans les prairies, le paysage change graduellement. J'ai parfois l'impression de rouler au Vermont. De plus, comme c'est dimanche matin, il y a très peu de trafic et les quelques automobilistes sont très courtois et patients. Les forêts de conifères sont remplacées par d'immenses pâturages où on peut parfois voir du bétail au loin. Il ne manque qu'un troupeau de bisons, mais apparemment, j'aurais du aller plus au nord, selon ce qu'un guide local m'avait dit.

À un certain moment, je retourne et prend une dernière photo des montagnes qui disparaissent graduellement vers l'ouest.






En chemin, je rencontre les seuls cyclo-touristes de la journées, un couple d'allemands qui vont de Calgary à Vancouver. Comme je n'ai pas le droit de transporter d'aérosols en avion, je leur offre ma canette de poivre de cayenne contre les ours. Sauf qu'au lieu de les rassurer, je crois que je leur ai fait un peu peur. J'ai beau leur expliquer que c'est comme une police d'assurance, personne ne veut en avoir besoin, mais on est bien content de l'avoir quand une situation se présente, rien n'y fait. Je pense que j'ai gâché la quiétude de leur voyage, oups.

Arrivé à Cochrane, qui est en fait une banlieue de Calgary, j'arrête pour luncher et j'attaque mon dernier droit, avec une quarantaine de kilomètres restants. Pour quitter Cochrane, surprise: une loooooongue montée imprévue. 4 km de grimpe à 8% sous le soleil de midi. Heureusement que les bouteilles sont pleines d'eau fraiche.

Arrivé en haut de la colline, j'aperçois au loin la forme des gratte-ciels du centre-ville de Calgary et je peux aussi voir la forme distincte des rampes de saut à ski, vestiges des jeux olympiques d'hiver (de 1984?). Et là, soudainement, ça me frappe comme une tonne de briques. J'ai réussi, je suis rendu! Je repense aux doutes que j'avais les premiers jours en Alaska et là, j'ai un sérieux moment émotionnel et je dois m'arrêter quelques minutes pour me reprendre.

À mesure que je m'approche de Calgary, la route s'élargie (une voie, puis deux, puis trois) et le trafic augmente proportionnellement. Bientôt, ça devient dangereux de rouler même sur l'accotement et je décide de passer plutôt par les plus petites rues pour me rendre à mon motel. Sauf que Calgary est vraiment conçue pour les voitures. Avec l'aide de mon GPS et de mon téléphone, je réussie à me trouver un chemin en zigzag et j'arrive finalement à destination vers 14h. Fini!

Mais bon, pas vraiment le temps de me reposer. Je dois me trouver une boîte pour emballer mon vélo et ça se trouve uniquement dans un magasin de vélo. Je pars donc à la recherche d'une boutique et les deux premières sont fermées le dimanche. Je fini par me rendre au centre-ville au magasin MEC. Ils sont ouverts, ils ont une boîte pour moi et ils prennent mon vélo pour la nuit pour nettoyer tout le rouage d'entraînement.

Je repars donc à pied avec ma boite. Très mauvaise planification de ma part. Je suis encore habillé en vélo (souliers de vélo, cuissard, maillot), je n'ai pas de sac à dos (je dois donc trainer mes trucs dans les mains en plus de la boite). Impossible de marcher jusqu'à mon motel situé à 10 km du centre-ville. Je me rend donc à la station de train léger (un hybride entre le tramway et le train de banlieue), car une ligne peut m'amener à proximité de mon motel. J'ai besoin d'un ticket, mais les machines distributrices ne prennent que la monnaie. Pas de billets, pas de cartes de crédit. Il semblerait que la ville de Calgary est encore en 1973. Je n'ai que des billets de 20$ sur moi. Je me dit, pas de problème, je vais me trouver un commerce pour demander de la monnaie. Sauf que Calgary un dimanche, c'est aussi animé que La Ronde en février. Rien d'ouvert. Quel beau spectacle je fait: un mec habillé en vélo qui transporte une grosse boîte de vélo et qui erre dans un centre-ville désert à la recherche de monnaie pour acheter un ticket de transport en commun. Je me dis: bon, c'est inutile, je vais prendre un taxi. En bon montréalais, je m'installe sur le coin d'une rue en me disant que je vais en attraper un au vol. À Montréal, ça prend environ 30 secondes trouver un taxi. Ici, les chauffeurs me regardent d'un air bizarre quand je lève le bras et poursuivent leur route! Après 10 minutes d'insuccès, je prend mon téléphone et j'appelle directement une compagnie de taxi. On me dit ok, 10 minutes. 20 minutes et 2 rappels plus tard, le taxi se présente et me dit: "Non non, la boîte est trop grosse, ça n'entrera pas. Ça prend une minivan." Et il ne veut même pas essayer de la faire entrer. Je lui répond, "Ok, est-ce que vous pouvez appeler la centrale?" et il me répond non, appelez vous-même. Après l'avoir copieusement envoyé chier, je repars avec ma boîte. Finalement, je trouve une tabagie ouverte, j'achète quelque chose et je repars avec ma précieuse monnaie, j'achète un ticket et je réussi à prendre la train vers mon motel. Ironie, à la station d'arrivée, toutes les machines distributrices de tickets prennent les cartes de crédit. Finalement, j'arrive au motel à 17h30. Trois heures et demi de perdues pour trouver une boîte!

Après une bonne douche, je retrouve ma bonne humeur. Je trouve un bon restaurant et je me paye un souper de célébration. Gros steak de boeuf de l'Alberta, pétoncles, vin et scotch. Hmmm. Bon, à partir de demain, fini les repas d'ogres, il faut que je revienne à une alimentation plus raisonnable, mais pour ce soir, je suis bien content de fêter ma réussite.

Chanson du jour: "Envoye à maison" de Jean-Pierre Ferland

===================
Lundi 1er août

Ce matin, je me rend en premier dans une quincaillerie acheter du ruban adhésif pour sceller ma boîte ainsi qu'une bonne provision de "Tie-Wraps" pour bien attacher le tout. Ensuite, retour au centre-ville pour récupérer mon vélo chez MEC, petite promenade au centre-ville (tout est encore fermé, c'est jour férié) et retour tranquille vers mon motel. Je m'attaque à l'emballage du vélo et je constate rapidement que la boîte qu'on m'a donnée est beaucoup plus petite que celle que j'avais à l'aller. Finalement, je réussi à tout faire entrer, mais je dois enlever beaucoup plus de composantes et le puzzle est beaucoup plus complexe. À un certain moment, on frappe à la porte et c'est la femme de chambre qui vient faire le ménage. À ce moment, mon vélo est en pièces détachées partout dans la chambre avec mes bagages etalés sur le lit et le plancher. La femme de chambre lève les yeux aux ciel d'un air découragé et je lui dit que je vais me contenter de serviettes propres pour aujourd'hui, pas besoin de faire la chambre. Je me prend une note mentale de laisser un bon pourboire le lendemain...

4 heures plus tard, le vélo est rangé dans la boîte avec des bagages dans tous les trous disponibles, la boîte est renforcée avec des morceaux de carton aux endroits stratégiques et des tie-wraps pour garder le tout en place, Scellée avec du ruban canard et du ruban de déménagement. Une oeuvre d'art qui doit peser 35kg.

Petit souper au vietnamien et soirée télé tranquille.

Chanson du jour: "Demain matin, Montréal m'attend" par Louise Forestier

=======================
Mardi 2 août

Comme mon vol doit quitter Calgary à 15h et que je dois libérer la chambre à 11h, je prend tout mon temps le matin et finalement, je quitte la chambre à 11h10. Taxi à l'aéroport (j'insiste pour que la réceptionniste du motel appelle une autre compagnie de taxi que celle d'hier) et après m'être enregistré, je dois aller porter ma boîte de vélo au scanner pour bagages volumineux. La préposée me demande si j'ai des bonbonnes de CO2 (pour gonfler les pneus de vélo) et soudain, un doute m'assaille. Je prend un air innocent et je répond non. La machine à rayons X est implacable et la préposée m'annonce qu'il va falloir ouvrir la boîte pour enlever les bonbonnes. 4 heures d'emballage. Nooooooooooon! Finalement, grâce à l'image au rayons X, on est capable de localiser les bonbonnes avec précision et en faisant une incision chirurgicale dans la boîte juste au bon endroit, je réussi à enlever les bonbonnes sans trop détruire mon oeuvre. Ouf, échappé belle.

Mon vol de départ est finalement retardé d'une heure et j'en profite pour finaliser ce billet.

Chansons du jour:
"Montréal", de Ariane Moffatt et une autre du même titre de Beau Dommage et "Je reviendrai à Montréal" de Robert Charlebois.
J'aurais bien ajouté l'excellent "Montréal -40" de Malajube, mais j'ai pas envie de m'attirer de malheurs météorologiques...

À bientôt.

6 commentaires:

  1. WOW ! Tu as fini et nous aussi on a fini...de te lire! :'( Ton blogue était vraiment une bonne idée et j'ai eu du plaisir à te lire. :)
    J'ai hâte de te recevoir à souper pour t'entendre de vive voix nous raconter tes péripéties :D

    Bon retour et bienvenue à Montréal!

    Alix

    RépondreEffacer
  2. Youhou! Félicitations pour cette balade du mois de Juillet…! Ça a quasiment paru aussi facile que ça sur ces pages! Merci pour le récit que j'ai suivi régulièrement, bien intéressant et souvent amusant :-) Et belles photos aussi… mais je ne te conseille pas de vouloir enlever la route avec Photoshop, tu en aurais pour un boutte! (puis c'était ton amie… à part dans la gravelle!).
    Au plaisir de se croiser… ou au prochain blogue des prochaines aventures! ;-)

    RépondreEffacer
  3. Félicitations Clément !
    Quelles belles aventures. Merci de les avoir partagées.

    RépondreEffacer
  4. Comme dirait le p'tit bonhomme vert de "Juste pour rire" en pleurant: "C'est FINIIIIIII!

    J'ai hâte de te voir. BRAVO!

    RépondreEffacer
  5. Salut Clément,

    De retour de ma semaine scoute, je me suis levée tôt pour venir lire la fin de l'histoire, pendant que tout le monde dort encore.

    J'ai eu moi aussi un moment d'émotions en lisant ton arrivée à Calgary. Avec la semaine que je viens de passer, je te ferais bien un ban pour avoir réussi ta belle aventure. Celui-ci serait particulièrement de circonstances :

    Une goutte
    (on tape avec 1 doigt de chaque main)

    Deux gouttes
    (on tape avec 2 doigts de chaque main)

    Trois gouttes
    (on tape avec 3 doigts de chaque main)

    Quatre gouttes
    (on tape avec 4 doigts de chaque main)

    Un orage!
    (on applaudit très fort)

    Promis, on te le fait en famille lorsqu'on se voit. Très bientôt j'espère!

    RépondreEffacer
  6. Clement! Hey it's Sarah of Sarah and Donny :o) What is your email address? Hope all is well!!

    RépondreEffacer