vendredi 8 juillet 2011

Journal de bord, 7 juillet

Jour 15 . Dans un pâturage - Whitehorse
50 Km. 203m de gain d'élévation.

Réveil très tôt ce matin, mais il fait très froid. Je décide de faire la grasse matinée. Il n'a pas plu et seulement un peu de condensation recouvre l'intérieur de la tente. Je m'enfonce dans mon sac de couchage et paresse encore une ou deux heures.
Je décide de me lever lorsque j'entends au loin des hurlements de loups, bien que ça aurait pu être des coyotes. Je n'ai jamais vu de loups dans la nature et je me dit qu'aujourd'hui sera peut-être ma journée chanceuse. Les attaques de loups contre des humains sont cent fois plus rarissimes que celle commises par des ours. Je ne suis pas vraiment inquiet. De façon générale, les loups ont bien plus peur des hommes que le contraire devrait être.
Mais bon, chou blanc. Aucun carnivore à l'horizon. Je continue d'entendre leurs cris pendant que je déjeune et complète ma routine du matin. Un aigle (chauve, doré, royal?) survole aussi mon campement en poussant de grand cris, probablement en train de saliver à la vue de tous ces chiens de prairie. À moins que ce ne soit le grand bipède boudiné dans du lycra. On ne le saura jamais, je prend la route vers 8h.

Malgré qu'il est tôt, je constate qu'il y a un bon volume de trafic, qui ira en augmentant à mesure que m'approche de Whitehorse. Il y a des travaux de construction sur environ 20 km. À certains endroits, le pavage est intact, à d'autres, de l'équipement est en train de l'arracher et pour cette section, j'ai droit à une promenade de 3km en camionnette. Mais à d'autres endroits, de grandes sections ont été travaillées par l'équipement mais n'ont pas été repavées encore. Pas de camionnette. Comme il n'a pas plu de façon importante depuis quelques jours, le gravier est très sec et le passage des véhicules soulève de grands nuages de poussière qui prennent beaucoup de temps à retomber à cause de l'absence de vent. Ces sections (4, de 1 km chacune environ) sont pénibles à traverser. Je prend une note mentale de me procurer un bandeau pour me couvrir le visage rendu en ville. Le trafic est très intense et peu de véhicules ralentissent près de moi. Je les remercie de mon meilleur salut du majeur. Quand j'arrive à la fin de la zone de travaux, je suis couvert de poussière. Je me trouve un ruisseau pour faire une toilette élémentaire et m'attaque aux derniers 20 km.

L'approche vers Whitehorse est une démonstration du pire kitsch. À tous les 250m, une pancarte annonce les restaurants, commerces et autres services disponibles en ville. Ce manège se poursuit ainsi pendant une dizaine de kilomètres. Le combat entre la chambre de commerce locale et la beauté des paysages.

J'arrive enfin à Whitehorse. Le premier quartier que je traverse est celui des centres rachats et j'ai aussitôt la preuve que j'ai atteint une civilisation évoluée:




Petit arrêt à une boutique de vélo où j'achète un pneu de rechange, une chambre à air et de l'huile pour ma chaine. Même le mécanicien ne peut m'expliquer l'explosion de ma chambre à air en Alaska. Mais je ne veux plus prendre de chance, je vais trainer un pneu de rechange.

Au Yukon, on traite les cyclistes hivernaux de stupides. Mario Dumont pourrait se lancer en politique ici.




Je continu jusqu'à mon hôtel que j'avais réservé quelques jours plus tôt. Finalement, c'est un hôtel assez chic et quand je me présente à la réception, encore poussiéreux dans mon beau lycra seyant, j'ai droit à un accueil plutôt frisquet. Mais ma réservation est là et ma carte American Express semble finir de me dépoussiérer aux yeux des employés. Finalement, comme j'arrive tôt, ma chambre n'est pas prête. Mais on me dit qu'une chambre de luxe est disponible et qu'on va me la donner, si j'ai pas d'objection. Non, pas vraiment. Par contre, on me suggère très fortement de ne pas monter mon vélo à la chambre, ils se feront un plaisir de l'entreposer pour moi.
Hi hi. La chambre est immense,lit king, écran télé plat. J'ai même un grand bain tourbillon 3 places dans la chambre. J'ai une vague pensée pour mes deux français de la veille. Si je les rencontre, je vais leur offrir de dormir dans le bain tourbillon, il va même rester de la place.
Je passe le reste de la journée à explorer la ville et à renouveler certaines provisions et matériel. Aujourd'hui, (le 8 juillet), je vais aller au bureau de poste pour envoyer un paquet à la maison contenant de l'équipement dont je ne sers pas. Un autre paquet va contenir de la nourriture que je vais m'envoyer en poste restante à un bureau de poste situé environ à 700km d'ici. Il n'y aura pas beaucoup de services disponibles pour les prochains 1000 km. Je dois donc planifier la logistique de façon plus serrée.

En passant, à force de discuter avec d'autres cyclistes rencontrés sur la route et sur Internet (merci Erick L), j'ai décidé de modifier ma route de façon significative. À partir de Watson Lake, au Yukon, je vais bifurquer vers le sud. Je quitte donc le Alaska Highway pour plutôt prendre le Steward-Casiar Highway en Colombie-Britannique vers le sud pour aller rejoindre le Yellowhead Highway et ensuite poursuivre vers Prince George et finalement, reprendre ma route initiale. Il semblerait que la route soit beaucoup plus belle et qu'il y ait moins de trafic. Par contre, il y a beaucoup moins de services et la route n'a pas d'accotement. Désolé Zaz, tu vas voir d'autres photos de montagnes et de glaciers. Mais il parait qu'il y a aussi plus d'ours. Hier au bureau d'information touristique, on m'a conseillé de faire attention aux rivières car le saumon commence à frayer dans les prochains jours et les ours seront aux aguets près des rivières.

Au programme aujourd'hui, à part la poste: pas grand chose. Peut-être un musée, un peu de randonnée et si j'ai un retour d'appel, un massage.

Whitehorse est une jolie ville avec tous les services. Comme la plupart de villes en région éloignée, les bâtiments sont plutôt laids, à part au centre-ville mais les paysages sont très beaux. La ville est un long ruban, coincé entre une falaise et la rivière Yukon, qui remonte vers le nord en direction de Dawson City.




















Message à Stephane: qui a dit que c'était juste les gars qui avaient des coupes Longueuil?

Message à ma petite sœur: Geneviève, je ne pense pas que tu sois revenue de vacances, mais si jamais tu lis ce blogue, je te souhaite une bonne fête, une journée d'avance. Profites-en bien. Gros calins.

7 commentaires:

  1. Allo Clement

    Là tu commence a me parler centre d'achat et hôtel chic humm. Non sans blague c'est vrai que tu écris bien mais cela me confirme que je suis une voyageuse de luxe ;) Tu es mon idol moi dormir avec les loups ... Prends soins de toi... Martine xxx

    Martine xxx

    RépondreEffacer
  2. Les photos de ton vélo seul me font penser au nain de jardin du film Amélie Poulain.

    À te lire, j'ai l'impressiong que l'approche de Whitehorse est en fait le South of the Border du nord canadien.

    RépondreEffacer
  3. Martine, entre dormir avec les roux et dormir avec les loups, le choix n'est pas si dur...

    Jean: c'est drôle, je pensais exactement à la même chose l'autre jour pour le nain de jardin.

    RépondreEffacer
  4. Ouin! Tout un slogan pour une compagnie de plein air. Je pense qu'elle ferait faillite à Montréal en traitant les cylistes d'hiver de stupide...un peu fou...mais pas stupide! :)

    Il me semble que si j'avais entendu des hurlements de loups, l'histoire de Rémi me serait revenu à l'idée...Essaies-tu d'imiter Kevin Costner dans "Dancing with the wolves"?

    Repose-toi bien!

    RépondreEffacer
  5. Si les français couchent dans ton bain tourbillon, pense à couper l'eau avant, sinon ils vont râler.

    Update TDF:

    Mardi, 4ème étape: Finale en côte, un petit mur: Evans devant Contador, Hushovd parvient à rester avec les favoris et garde le jaune. Andy Schleck perd 8 secondes.

    Mercredi, 5ème étape: Festival de la chute (Brajkovic abandonne). Cavendish au sprint, Hushovd toujours en jaune.

    Jeudi, 6ème étape: Longue journée un peu dull, Boassen Hagen au sprint (légère montée), Hushovd toujours en jaune.

    Vendredi, 7ème étape: L'étape de l'année (y'en a toujours une...) où les gars décident qu'ils n'ont pas le goût de rouler, ça brette, aucun relief (même pas une côte de 4ème catégorie, rien!) c'est plat et platte (fini passé midi, heure de Montréal). Abandon de Boonen suite à sa chute de mercredi. À 25km de l'arrivée, chute massive, Wiggins abandonne, Horner amoché (j'ai vu un vidéo après son arrivée, je ne sais pas s'il se souvenait de son nom, commotion cérébrale c'est certain), Leipheimer et Hesjedal pris derrière (3 min). Un peu de vent et d'échelons ensuite pour compliquer la chasse des gens qui veulent revenir après la chute. Ça finit au sprint, leadout parfait, Cavendish encore. Hushovd toujours en jaune, demain un peu de moyenne montagnes (Massif Central) alors ça va changer.

    RépondreEffacer
  6. J'aime bien ta photo de toi. Tu as l'air en pleine forme, bronzé malgré les températures d'hiver. Ça fait du bien de te voir toi plutôt que seulement ton moyen de transport et ton hôtel portatif. ;-)
    Grosses bises.

    RépondreEffacer
  7. Ben cou donc! Moi aussi, après quelques photos de ton vélo, je pensais aux nains de jardins d'Amélie Poulain. Ça pourrait donner une idée de remake aux américains!

    J'imagine tellement ton arrivée au "check in" de l'hôtel. Ça devait être assez comique.

    Pour les loups, moi aussi j'ai pensé à Rémi. Je suis presque jalouse que tu aies vu un ours, moi qui en avait si peur, je n'en ai pas vu un. Pas de scorpion non plus, mais un serpent à sonnettes.

    Merci pour les souhaits de bonne fête, je les avais remarqué le premier jour après mon retour, quand j'ai survolé en me rendant au début de ton périple.

    RépondreEffacer