mercredi 6 juillet 2011

Journal de bord 5 juillet

Jour 13. Burwash Landing - Haines Junction
130km. 501m de gain d'élévation.

Ce matin, levé tôt. Il n'a pas plu de la nuit, je vais donc paqueter une tente sèche pour la première fois. Je sort de la tente et admire la vue à l'ouest de mon campement:




Petite bouchée et je prend la route. Il fait beau, mais l'air est glacial. Je n'ai pas de thermomètre, mais se suppose qu'il fait moins de 5 degrés. De plus, la vent de la veille est toujours là. Si Jocelyne était là, elle pourrait me donner la température avec le facteur exagérex.
10 km plus loin, j'arrive au joli village de Burwash Landing. Un petit déjeuner au resto local où on m'apprend que c'est pas une bonne idée d'avoir un téléphone "intelligent" de Telus par ici, parce qu'ils ne fonctionnent pas sur le réseau Telus!!! Seulement à Whitehorse apparemment. Heureusement que mon iPhone se branche facilement sur les réseaux wifi qui sont presque toujours disponibles dans les restos un peu partout.

Je reprend ensuite la route et le programme des festivités m'est annoncé illico sur ce panneau:




Finalement, ce sera beaucoup moins pire. Quelques travaux ici et là. Pas loin après Burwash Landing, un panneau annonce le village de Destruction Bay:





Vous savez que vous êtes rendu creux quand les services disponibles annoncés incluent l'électricité!
D'ailleurs, à Destruction Bay, on ne lésine pas avec les budgets pour faire respecter les limites de vitesse:




Au cours des prochains 60km, je longe l'immense lac Kluane, avec le lac à ma gauche et les montagnes à ma droite:
























Sauf que c'est bien beau suivre un lac immense, mais ça aide pas beaucoup pour le vent. Toute la journée, j'ai un vent de face entre 25 et 35 km/h. Le seul moment où j'ai un répit du vent, c'est en montant une côte, car la colline me protège. Des que j'arrive en haut de la côte, le vent me fouette en pleine face. J'en viens à avoir hâte de monter les côtes. À un certain moment, le vent est tellement fort que je dois pousser sur les pédales pour conserver ma vitesse en descendant une côte. Le vent soufflera finalement presque toute la journée, mais malgré le ciel menaçant, il ne pleuvra pas de la journée.

Petite note à Pierre Marc et Sylvie (et d'autres peut-être). Ici, toutes les motos saluent systématiquement les vélos. On voit 2 sortes de motos ici. Le modèle "expédition de brousse", genre BMW, avec les boites pour les bagages. L'autre modèle est le Harley conduit par un poilu pas de casque avec un grand sourire édenté. J'ai pas vu une seule moto sport ni une seule moto touring. La joke plate la plus souvent entendue: "You need to get an engine for your bike". zzzz.

Arrivé au bout du lac, j'arrête au centre d'accueil du parc National de Kluane. Pas grand chose, j'apprend que les chèvres de montagne sont toutes sur l'autre versant de la montagne. C'est drôle, il y a deux employées, une fille de Calgary et une autre de Montréal, parce sur le comptoir, il y a un écriteau "English/Français". La fille de Montréal vient juste d'arriver et baragouine à peine l'anglais. L'été va être long. Dernier regard vers le lac et je commence la longue ascension du col qui va m'amener dans l'autre vallée.









Le ruisseau "Christmas Creek". J'ai trouve que les coeurs ambiantes étaient appropriées:




Je poursuit ensuite sur un plateau (venteux...) et les paysages continuent d'être époustouflants (je vais manquer de synonymes bientôt).




















Finalement, à 22 km du but, je m'arrête pour manger un petit paquet de M&M (c'est mon treat rituel de fin de journée) et là, j'ai droit à mon bonbon de la journée (la pognez-vous?). La route descend pour les 20 prochains km. Je perd environ 600m pendant cette descente qui dure sans fin. Quelle belle fin de journée!
Rendu près du but, je rattrape 2 cyclistes français qui sont partis aussi de Anchorage. Eux seront sur la route pendant 18 mois et ils se rendent sur la terre de feu. Ils ont un budget de 14000€ pour vivre pendant 18 mois. Ils ne dorment que dans le bois et dépensent le strict minimum dans les villes. Jamais de resto. J'ai presque honte de leur dire que je me cherche un motel un soir sur deux. J'ai dit presque. Je suis en vacances, pas en mission.
De toute façon, mon budget pour 6-8 semaines de vélo est le même que pour 2 semaines en Europe.

En descendant la côte, j'aperçois un ourson qui traverse la route. J'ai pas envie de faire connaissance avec la maman, donc pas de photo et je me pousse au plus vite.

Haines Junction
Lorsque j'arrive à Haines Junction, pris par la culpabilité de savoir que mes compères cyclistes endurent la grosse misère, je me dirige vers le motel qui me semble le moins cher en ville, le Kluane Park Inn. Une fois installé, je me rend compte que la plupart des résidents sont ici à long terme. Le motel pourrait très bien s'appeler le "Douchebag and Whitetrash motel". Jamais vu autant de tatouages cheaps et de peircings. La grosse classe. On se croirait à Occupation Double, mais sans le raffinement.

Une petite marche pour trouver un resto me confirme que la coupe Longueuil est bien vivante à Haines Junction. Une fille bizarre avec un poignard à la ceinture m'aborde au resto avec des histoires de premier ministre du Yukon qui serait impliqué dans du trafic de drogues et de meurtre d'amérindiens. Elle a même des preuves qu'elle m'invite à aller voir chez elle. Euh, non merci, j'ai un sanglier sur le feu.

Ouain, mettons qu'on restera pas longtemps à Haines Junction. Au moins, j'ai une belle vue du balcon de ma chambre.




Entéka, si vous cherchez des weirdos cet été, cherchez pas, ils sont tous ici.

Whitehorse est à 160km et je vais prendre ça relax et y aller en 2 jours au lieu de pousser comme un malade. J'ai prévu une journée de congé à Whitehorse.

Merci MG pour la mise à jour.

6 commentaires:

  1. LOL et LOL vraiment trop drôle ce billet
    Par contre j'aurais bien aimé avoir une photo de l'ourson, sa aurais faits différent des montagnes:)
    Bonne route!

    RépondreEffacer
  2. Oui, vraiment trop drôle!!!

    Voici quelques adjectifs que tu peux utiliser:
    parfait, plaisant, admirable, épatant, magnifique, merveilleux, céleste, charmant, éblouissant, éclatant, élégant, enchanteur, exquis, ravissant, sculptural, séduisant, splendide, sublime, superbe.

    Étrange qu'il n'y ait aucune moto routière dans ce coin-là. Peut-être que c'est le premier ministre du Yukon qui les a faites illégales au Yukon??

    Pour ce qui est de la prochaine personne qui te suggère de mttre un moteur sur ton vélo, tu peux leur répondre que c'est toi le moteur et tu en connais trop bien la mécanique pour le changer!!

    Lâche pas le blogue, j'adore!!

    Sylvie

    RépondreEffacer
  3. Ha! Ha! Ha! J'ai tellement ri! Tu as vraiment le don pour l'écriture. Et même s'il y a ce gros vent qui te suit, tu as l'air super en forme (pas juste physique mais le moral aussi). Continue! C'est incroyable ce que tu fais.

    C'est bon de savoir que si nous n'avons pas de nouvelles de toi pour les 2 prochains jours, il faut blâmer Telus et non pas une maman ours. Mais après 3 jours, c'est Search & Rescue.

    RépondreEffacer
  4. Anonyme a dit...

    J'aime vraiment te lire! C'est la dernière chose que je fais avant de me coucher(Steph commence à être jaloux ;). Je te souhaite moins de vent dans les prochains jours et des routes plus belles.

    Ah oui en passant si tu croise Kate et William ( Ils sont à Yellowknife) tu leur diras bonjour de ma part!

    RépondreEffacer
  5. Mister C.

    Je ne pensais pas que "Occupation double" et "raffinement" pouvait aller dans la même phrase, mais bon...

    Je te lis depuis le début et je dois t'avouer que, oui tu as une bonne plume, tu écris bien, bla bla bla et tout le reste mais c'est surtout le fait de découvrir l'Alaska ainsi que notre plus beau grand pays qui me fascine. Mais ne t’inquiète pas, je ne changerais pas de place avec toi...parce que moi, j'aurais probablement déjà acheté un moteur pour le vélo ;)

    Allez, bon courage et surtout continue d'écrire.

    P.S. Zaz, moi c'est la photo du gars avec la coupe Longueuil que j'aurais aimé voir.

    RépondreEffacer
  6. J'ai de la misère avec mon rattrapage, pas eu le temps ce midi. Là, ce soir, je me bidonne en te lisant avant d'aller faire dodo et, ne le dis à personne, en mangeant des crottes au fromage avec un Pepsi (diète)...
    Sylvie a oublié le qualificatif magnifique, que j'ai beaucoup utilisé pour décrire les paysages de notre propre voyage.

    RépondreEffacer