jeudi 7 juillet 2011

Journal de bord, 6 juillet

Jour 14. Haines Junction - 60 km de Whitehorse
106km. 223m de gain d'élévation.

Je me lève tôt ce matin et pendant que je prépare mon équipement sur mon vélo, un homme avec qui j'avais jasé la veille est aussi à ses préparatifs. Lui est en moto et est en train de préparer ses bagages. Il me dit que sont premier arrêt est à l'aéroport de Haines Junction pour un vol panoramique au dessus des glaciers. J'avais vu la veille ces vols annoncés, mais le dépliant indiquait un minimum de 2 passagers. Je ne fais ni un ni deux et m'offre pour me joindre à lui, de façon à ce que nous soyons les 2 passagers nécessaires.
Nous nous donnons rendez-vous à l'aéroport à 8h et je vais déjeuner. On m'avait dit que l'aéroport est à 3 km de la ville. Je déjeune et quitte le restaurant vers 7h55. Comme prévu, la route de l'aéroport est à 3km. Sauf que l'aéroport lui-même est 1.5km plus loin, au bout dune route de gravier en mauvais état. Pédale comme un malade et arrive finalement à 8h10. Bon, paye, signe les papiers, consignes de sécurité et on embarque:





L'avion est un six places, mais on n'y sera que trois, incluant notre pilote néo-zélandais. On a droit à un vol de 45 minutes pendant lesquelles on survole la route que j'ai parcouru la veille, puis on longe des montagnes enneigées, parfois de très proche et finalement, on arrive au glacier.
Le glacier est une longue coulée de glace de plusieurs dizaines de kilomètres qui sont en fait 4 glaciers qui se fondent en un seul. On voit même au loin le mont Logan. Rendu en haut du glacier, on arrive au champ de glace et le pilote tourne l'avion.
Au retour, le pilote vole très bas en survolant le glacier d'au plus quelques centaines de mètres. Comme je suis assis seul à l'arrière, je peux admirer la vue des deux côtés de l'avion.
Finalement, on quitte la vallée glaciaire et on retourne se poser. J'ai sûrement pris quelques centaines de photos, mais avec mon appareil photo (plutôt qu'avec mon iPhone). Je ne pourrai donc pas les publier tant que je n'aurai pas accès à un ordinateur avec un port USB.

En tout cas, ma journée est déjà faite. Une activité spontanée, avec de tels paysages. En plus, le temps a été dégagé toute la durée du vol.

Je prend la route vers 10h. Heureusement que j'avais déjà décidé de me rendre à Whitehorse en 2 jours. Je m'acquitte de mes premiers 30 km jusqu'à ce j'arrête à un petit resto pour prendre une soupe. En sortant, je vois arriver les 2 français de la veille. Je n'ai pas le courage de leur parler de mon tour d'avion, connaissant leurs contraintes budgétaires.




Le reste de la route est sans histoire, et sans paysage d'ailleurs. La route est légèrement valloneuse avec des montées et des descentes modestes. À un certain moment, je vois à l'horizon qu'il pleut et que le tout s'en vient vers moi. Comme la pluie à l'air très forte, je sors l'artillerie lourde: manteau, couvre-chaussures, couvre-casque, gants de néoprène, etc.
Comme prévu, il tombe des cordes, mais au bout de 2 km, la pluie arrête et 1 km plus loin, le soleil sort en grande. Me voilà en train de grimper une côte au soleil dans mon sauna portatif. Grrr. Le manège se répète quelques fois au cours de la journée. Autrement, le vent change constamment de direction et me pousse parfois et me freine parfois.




Le drame de l'étalement urbain, la banlieue montréalaise qui s'étend jusqu'au Yukon.


Arrivé autour de 100km, je commence à chercher un endroit pour camper. Je sais déjà que ce sera du camping sauvage ce soir. Depuis déjà 15km, je traverse une région qui a été victime d'un énorme feu de forêt dans les années 50. Au Yukon, la nature prend beaucoup de temps à se régénérer et de grandes parties de la forêt n'ont toujours pas repoussé.
Finalement, je vois un petit chemin qui s'éloigne de la route et en le suivant, je constate qu'il mène à un grand pâturage où, à voir les souvenirs qui jonchent le sol, des bisons broutent fréquemment. J'ai trouvé mon campement pour la nuit:




Après avoir monté mon camp et soupé, je décide de faire le tour du propriétaire. Aucun bison en vue, mais beaucoup de chiens de prairie.










La prairie s'étend sur plusieurs arpents (parlons agricole un peu), et je me rend jusqu'à ce qui semble initialement un gros fossé mais qui est finalement une superbe rivière:




Il s'agit, je crois, de la rivière Takhini.
En marchant dans le pré, je dois surtout faire attention aux nombreux trous creusés par les chiens de prairies.
De retour à mon campement, il fait très beau et il y a juste assez de vent pour chasser les moustiques. Une soirée idéale pour rédiger son journal à l'extérieur.




Si il faisait pas clair tout le temps, je me ferais même un feu de camp. Je sens que la nuit va être glaciale, mais on ne dirait pas qu'il va pleuvoir.

Demain, il me reste environ 60km pour arriver à Whitehorse. L'hôtel est déjà réservé et je me promet une première journée de congé pour le 8 juillet.

Réponse à Anne: non, les aurores boréales, on peut juste les voir en hiver, car il faut qu'il fasse froid, mais aussi qu'il fasse noir, ce qui n'est jamais le cas.

4 commentaires:

  1. Philippe Lacombe7 juillet 2011 à 17:31

    Salut Clément!

    Super ton blogue et j'ai un message de la part de tous les gens à qui j'ai parlé de ton périple. Les francophones m'ont dit : "Yé fou!" Et les anglophone m'ont dit : "He's crazy!"

    Je suis d'accord avec les deux :P

    RépondreEffacer
  2. Salut Clément!

    Au Yukon, j'avais aussi fait un tour d'avion bimoteur et les paysages étaient superbes. J'ai jamais vu autant de lacs, c'était formidable. Le Kodak en rougissait tellement j'avais pris des photos.

    Bonne vacances demain à Whitehorse.

    RépondreEffacer
  3. OK! Je dois t'avouer que parmi toutes les photos, celle que je préfère est celle du sac de couchage dans le pré avec les montagnes comme background. Tellement paisible!

    RépondreEffacer
  4. Salut Clément!
    Je suis d'accord avec Anne pour la photo, paisible et inusité!
    J'ai oublié de te dire dans mon commentaire précédent que pour une fois, on avait une preuve que tu y étais, puisqu'on voit ton ombre sur une photo.
    En passant, j'ai décidé de laisser faire le 2ie bol de crottes au fromage, c'est vraiment trop gênant en te lisant...

    RépondreEffacer